Peu importe le flacon ? Pourvu qu’on ait l’ivresse ?

Posted in Bonnes adresses à Tana, Ca s'est passé un jour... with tags , , , , , , , , , , , , on July 18, 2008 by coolienne

Tssssssss… cet adage ne s’applique nullement à mon cas.

En goûtant mon premier mojito sur l’Ile, avant-hier, des souvenirs de jours heureux sur le Continent sont remontés en surface. Là où il y a les amis (“Les amis dans le mojito” si l’on peut le traduire ainsi), les petites (fêtes de) soirées d’été, le soleil. Je sais, c’est drôle d’associer le Continent au Soleil, surtout venant d’une Coolienne, mais ils ont annoncé 5°C sur Tana, donc… le Continent serait beaucoup plus chaleureux et ensoleillé ces jours-ci. Bref, des clins d’oeil complices, des instants magiques de communion parfaite, des éclats de rire m’étaient revenu comme en écho, percuter mon petit pois de cerveau, bourré d’informations, de chiffres, de pourcentages, de “A faire”.

Soudainement, perchée sur un tabouret du bar, puis, plus tard, liant connaissance avec des collègues, confortablement installée à un des petits salons de l’étage, mon verre de mojito en main (bloody mary et pina colada pour certaines, THB et cocktails de vodka pour d’autres), je me suis retrouvée à des milliers de kilomètres de Tana… Une journée de shopping, un déjeuner léger et tranquille… Puis, quand le soleil se couche, nos mojitos sirotés sur une terrasse avec vue sur les toits de cette capitale continentale. Conversations tournant autour des projets professionnels, de restos récemment découverts, de voyages… et, évidemment, de relations de couple. Ah! de quoi parlaient les jeunes urbains, diplômés, dynamiques, ambitieux dont je faisais partie ces années-là? Des mêmes sujets que tout le monde, finalement.. hormis, je suppose, les voyages, les projets professionnels, l’art [impressionisme: classique; art contemporain: plus branché; le SM: encore plus branché, si, si; la zoophilie, euh non, pas encore socialement admise celle-là], des relations de couple.

Sous les tropiques (même plus froides que le Continent), rien de neuf, ce jour-là… Les problèmes au boulot, balayés d’un revers de la main (nous étions et sommes collègues, plus de deux, à prendre du bon temps et nous sommes juré de ne pas parler boulot…), difficile mais faisable. Vacances, c’est bien le moment propice pour en parler mais… nous sommes actuellement dans une spirale infernale, qui fait que, pour une fois, rester nous momifier dans ce froid de canard sans prendre de vacances nous intéresse. Fatalement, restent la politique (discute-t-on quand nous sommes tous du même avis sur pas mal de choses ?), le sexe (non! nous sommes collègues, pas potes!), la religion (j’évite), les relations de couple (pas encore assez collègues pour nous ouvrir, de brèves présentations ont eu lieu)… Et… nos cocktails, ces breuvages que nous sirotions. Merci Dieu! je ne suis pas une blasée de la vie. Mes collègues non plus apparemment. Nous, faits pour nous entendre. Nos mojito, pina colada, bloody… étaient les stars de la soirée.

Couvrant le bruit provenant des claquements des queues sur les boules (non, je ne me mets pas au roman porno… c’est juste que ce bar chapeauté par un barman fait partie de l’offre de cette nouvelle salle de billard de la place***), nos caquètements, nos dégustations (“ça goûte quoi le mojito ?“, “Bouh! j’aime pas le bloody mary“, “trop forte la pina colada“…) nous ont amusés jusque tard le soir. Perso, imbibée de mojitos, d’un petit peu de pina colada, j’ai trouvé un semblant de quiétude… jusqu’à je n’arrive plus à distinguer mon pied gauche du pied droit. J’aurais dû reprendre de leur assiette orientale (nems, sambos, tsa-siou et croquettes de poulet). Ce fut une excellente soirée. Sans mon mojito poss, excellente quand même. J’ai découvert la force de la (du?) pina colada et je m’en souviendrai. Hehehe

Ha! Mojito! Ton menthe si rafraîchissant est traître! Traître! Traître! Et tes bulles, piquantes à souhait et, en parfaite synergie avec les feuilles de l’herbe du bonheur, elles cachent ton pouvoir puisé des terres de plantation de canne à sucre, nectar délicieux et élégant. Non, je n’étais pas ivre, juste gaie et un peu pompette.

Trois jours après, me viennent les questions suivantes (et je vous livre mes réponses)

Quel est votre cocktail préféré ?” …….. Mojito (évidemment)

Quelle est votre boisson alcoolique préférée ?” ……… Vin (Rouge, Blanc, surtout le Champagne, et pas de rosé du tout)

Vin ou Bière ?” ……… Plutôt vin et très peu de bière (en fait, de micro-brasseries uniquement).

Vous le voyez, le flacon m’importe et l’ivresse n’est pas mon but. Et vous ? Qu’en est-il de vous ?

Ah! Juste un truc, avant mes 27 ans, j’étais une “sans alcool”. Sauf le Champagne en jour d’anniversaire et de fêtes. Un vin blanc frais servi avec un excellent saumon fumé, un jour d’été, a tout fait basculer… mais c’est une autre histoire.

*** Billard Café: Analakely, en haut de l’immeuble Trading Center, pas loin du magasin de sport Néron… et pas loin de mon nouveau bureau (Joie et Bonheur !). Alors……. dans le lot, une salle de billard (pas fan, la Coolienne), un bar (devenue très fan!!! lol), une cuisine de restauration et de snack (salle de restaurant et petits salons à l’étage… bonne cuisine que je n’ai pas encore totalement découverte). Néanmoins, à moi, leurs salades, leurs bons petits plats en sauce avec un ballon de blanc (leur poulet au coco et leur porc sauce moutarde sont à renverser). A d’autres, pizzas, spaghettis et paninis. Et, de temps en temps, je me permets des frites. Succulentes… mais gare aux somnolences de l’après-midi. Si réunion en vue, vite un espresso avant de partir! N’est-elle pas belle la vie ? Même sans vacances ? Si, si!

Et hop! une nouvelle catégorie à créer: “Bonnes adresses”

No twitting, only Mojitos ;-)

Posted in Good Food (is) for the Life Savourer, MESSAGES - HAFATRA with tags , , , , on July 15, 2008 by coolienne

15/07/2008: The first day ever I had a mojito on the Island. It was cold today in Tana. Hot chocolate should have been perfect. Still… Has been days he asked me to taste his mojito. Did it today and liked it very much. Mojito! It was walking down memory lane (again). The sun, the beach / the swimming pool, home parties, cool poss. Well, what else should one expect from a Cool Hyène ? Cool poss and mojito!.

I have the lime, the mint leaves (albeit sparse at this time of the year), the rhum (Malagasy white rum), Cristal (bring your own version of Cristal… Champagne ? why not ?) … and found a good barman to mix them.

My Mojito poss, miss ya!  See you where the sun is ;-)

Trails, Pictures and Driver

Posted in Daily musings, MESSAGES - HAFATRA with tags , , , , , , , , , on July 5, 2008 by coolienne
Same time, two years ago

Same time, two years ago

It is inimaginable the time you may spend reminiscing while cleaning your driver. Not that it’s dirty (?), instead, I’d say it’s full of memories reminders. This picture, for instance is quite amazing. Took it two years ago end June while walking in my area. Knowing where those raozy gasy are located, some memories were unearthed upon lying my eyes on this picture. Two years ago, I used to walk daily on that peculiar dam. Once every day. Before I got enticed to another area to make it my temporary walking trail. Till getting fed up, then settling for another trail. And so on… Those were the days I had been learning how to use my then new digicam. The days I could walk as much as possible, or, at the best moment of the day ever. The days I learnt the Coolienne new life ropes. Those raozy are landmarks, are symbols, but only in my books. Only I would attach that specific importance to them as they are part of my memories of this area, those times in my life.

Now, about two yeas later, another new lifestyle is being adopted. Equally exciting, excellent outlooks. My life is not about still hols (hey! Jogany and Ikalakely!). It has cycles of newness, of highs, of downs (really, I try not to stay in there that long… but… alas, they are real). Now is a high time. A exhilarating one.

My personal story is very tied to those walking trails I happen to choose to trot. It’s about time I walk those old trails again although my life is taking a new path. It’s amazing how electronic, virtual files can give you highs or be those small stuffs which make you instantly halt your activity and smile thinking of that perfect day. Or burst reviewing those crazy party nights pics (for sure, one doesn’t want those series to go out). Or still be grateful remembering how wonderful people were over there, or how great it was up there. Or… or… or.

One advice (if I may say so!):

Walk your Trails, Take Pictures (or Notes) and Clean your Driver up!

You’d be surprised.

Abandonné…

Posted in MESSAGES - HAFATRA with tags , , , , , , on June 24, 2008 by coolienne

Coolienne - Abandoned

Vous l’aurez remarqué, ce blog a l’air endormi abandonné depuis quelques jours, tout comme ce vélo couché contre l’arbrisseau par un courageux paysan occupé à retourner la terre de son champs non loin de-là. Il n’en a que l’air, il ne l’a jamais été. Ce que je fais actuellement de mon temps n’est qu’un arrangement pour pouvoir profiter pleinement du temps futur. Actuellement, je (m’)organise, je pose des jalons, je cours pour planter les bonnes bases et… surfer après. Mon style de vie ne me laisse aucun répit mais ce sera pour un mieux plus tard.

Enfin, je sais déjà que l’aventure que je vis actuellement me donnera de quoi remplir quelques pages de mes Mémoires (fictives, pour l’instant ) ;-).  Je vis à 100 à l’heure! Je cours! Je m’éreinte! Je me marre! Je m’énerve! Je sens! Je pédale… à fond et la tête dans le guidon ! A nous deux la vie!

Tout ça pour, sans transition tout de même, vous féliciter d’avance d’avoir atteint l’asaramanitra ! Pessimistes que nous sommes, les Malagasy ! Nous avons l’habitude la tradition de nous féliciter d’avoir atteint une date (aussi importante soit elle) tandis que sous d’autres cieux, d’autres citoyens se seraient souhaité de passer une bonne fête, un week-end, une journée, une semaine, une année… une nuit! Je me demande quel(s) autres citoyens se seraient (par tradition, par croyance, par mimétisme social ou par tel ou tel schéma social…) souhaité d’avoir atteint une date de fête nationale, une date de circoncision, une nouvelle année … Vous en-connaissez, vous ? Dites-le moi, je suis curieuse.

Allez, où que vous soyez, accrochez votre fotsy-mena-maitso, si ce n’est pas encore fait. :-) Mais oui mais oui, nous sommes le 24 juin!

A+

PS: Pour ceux qui l’ignorent, le 26 Juin est la date de la Fête nationale à Madagascar. Pour elle, je me poserai, pour célébrer l’anniversaire de notre indépendance… Oui, nous nous féliciterons d’avoir atteint cette date.

Meanwhile / En attendant / Mandra-paha…

Posted in MESSAGES - HAFATRA on June 16, 2008 by coolienne

Aah! Monday ! Cold monday!

There were cold Sat and Sundays too, cold enough to catch a flu and a conjunctivitis. Whilst the former is under control, the right eye’s healing is …..errrrrrrr….. out of sight. Sooooo, cool visitors, you could always read my below posts, or delve into the Categories (the previous link pointing to English texts sub-category, “Categories” was conveniently divided in 3 sub-categories to file posts in each of the three national languages of Madagascar), the “Good Oldies“… until I can type again. Same for my dayjob, one-eyed me can only think, not check mails, not write, not read. Now seems the time to have a break and just think, plan, dress mental lists of this week to-dos. C U soon!

PS: Music is what is left to me…

Wondering about which posts I enjoyed most writing them ? Here! In French, though… so far. Thinking of translating them in Malagasy and English. :-)

***********************************

Un lundi presque glacial!

Précédé d’un samedi et d’un dimanche tout aussi froids, parfaits pour engranger une grippe et… une conjonctivite. Alors que la grippe est bien prise en main, la conjonctivite de cet oeil froid droit s’empire. Donc, je vous laisse ce petit mot, chers visiteurs, pour prendre congé, pour vous laisser vous plonger dans les archives “Good Oldies“, les Categories (vous l’aurez remarqué, ce lien pointe vers la catégories des posts en français, néanmoins, “Categories” comporte 3 subdivisions pour classer les textes selon qu’ils aient été écrits dans l’une ou l’autre des trois langues nationales malagasy). Il est temps de tout faire “dans la tête”, étant donné que je ne peux pas lire correctement (ni mail, ni tableur, même pas l’écran de portable)… réfléchir, écrire “dans la tête”, planifier “dans la tête”, dresser des listes des choses supposées à faire dans la semaine, et ce, mentalement…etc… A bientôt!

PS!! me reste la musique……. hmmmmmmmmm

N’oubliez pas! Mes posts favoris sont ici, (veinards!) en français (uniquement pour le moment).

***********************************

Dia namely mafy ny hatsiaka. Tazo sy areti-maso no vokatra nojinjaina tato ho tao. Ny tazo aloha efa ho vita amin’izay. Fa ity areti-maso… mbola ho ela angamba. Dia mametra-beloma mandra-pitafa indray ny tenako. Hiasa tsy hampiasa maso, tsy hanoratra, tsy hamaky fa dia hanao an’eritreritra ny zava-drehetra. Avelako ianareo hamaky ny sokajin-dahatsoratra Categories (ho hitanao fa tonga any amin’ny zana-tsokajy misy ireo lahatsoratra amin’ny teny malagasy ianao? Ny “Categories” nefa dia misy zana-tsokajiny, nitahirizako ny lahatsoratra araky ny teny nanoratako azy, na teny Malagasy na Anglisy na Farantsay), ny tahiry “Good Oldies“, sns… Mandra-pahita indray izany ê!!

Ny mozika izany no metimety amin’izao.

Aza adino! Ny nahafinaritra ahy indrindra ny nanoratra azy dia ireto, amin’ny teny farantsay ihany aloha hatramin’izao. Fa mety handika azy amin’ny teny anglisy sy malagasy aho… rehefa misy maso ampy tsara. hahahaha

Et mon pif dans tout ça ?

Posted in 'bout da Coolienne, Bizarreries, Ca s'est passé un jour..., Mes posts favoris, Ohé les filles! with tags , , , , , , , , , , , , , , on June 12, 2008 by coolienne

Un jour, la première fois que j’ai lu “Affliction caused by the tongue is worse than (that caused by) the strike of the blade of a sword.“, je me suis marré. La traduction pourrait être “L’affliction causée par la parole est pire que (celle causée par) le coup de la lame d’une épée. »

Maintenant, pourquoi ai-je ri cette première fois ? Il m’arrive même et encore de sourire en pensant à ce dicton d’un penseur musulman. Parce qu’après l’avoir lu, la seule chose à laquelle j’ai pensé est l’affliction causée à mon pauvre nez par les odeurs excessives. Et à mes expériences -malheureuses, ridicules, frustrantes- inhérentes à ces agressions. Rien à voir, je sais ! Je vous invite pourtant à lire la suite…

Depuis des années -des décennies, même- mon nez, probablement plus sensible que la moyenne, me fait vivre des cauchemars que, souvent, les gens qui se trouvent aux mêmes endroits que moi ignorent. Un parfum trop capiteux d’une dame qui ripaille deux tables plus loin et, me sentant envahie et agressée, je deviens un peu nauséeuse et de mauvaise humeur. Je reconnais ce parfum que j’abhorre entre mille: Poison de Dior. A la limite, je pourrais le supporter dans un hall de gare bien aéré. Ce jour-là, en plein dîner d’hiver, j’ai dû demander à ouvrir une grande fenêtre pour aérer notre coin. Mes collègues étaient compréhensifs. Dieu merci, je n’ai jamais eu la mauvaise expérience de partager mes espaces de travail avec une dame Poison.

(car tout ne sent pas la rose…)

Parfois, de ces odeurs agressives, j’attrape même une migraine. Je me souviens de mes premiers mois à Tana, quand je suis revenue. Des migraines à chaque fois que je regagnais le centre (une fois par semaine) pour du shopping et des courses diverses. Il m’a fallu un an pour m’habituer à ce mix de pisse, d’odeur d’égouts et de fumées dégagées par les voitures.

Aussi, cette sensibilité affecte, non seulement, mon humeur mais aussi ma vie sociale, voire intime. Combien de fois ne rencontrais-je ces personnes gentilles, intéressantes, propres sur elles-mêmes avec lesquelles je commençais à discuter dans des cocktails, soirées, au bureau… pour finir complètement ignorées du fait que mon pif faisait des siennes ? Dès lors, je ne voyais qu’une bouche remuer, que des mains gesticuler. Le son était coupé. Seule la politesse m’empêchait de plaquer ma main sur mon visage et m’enfuir à toutes jambes. Des minutes à supporter une conversation à un cours normal, pas ennuyeuse ni soporifique… juste suivie avec un nez capricieux, qui me fait passer pour une personne superficielle. Qui se détale, la conversation même pas terminée.

Ou encore, je me souviens d’une soirée romantique, d’il y a quelques années, que j’ai dû écourter. En pénétrant la voiture de ce galant jeune homme que je fréquentais depuis des mois, je sentis cette odeur, que je savais connue mais à l’identité floue, tenace. C’était un bel après-midi de juillet. Un film au cinéma suivi d’un verre et un dîner étaient au programme. Dès les premiers instants dans cette voiture, je devenais très nerveuse, actionnant frénétiquement un bouton de commande pour abaisser, puis remonter la vitre. Me connaissant, mon ami me demandait si tout va bien. Je lui répondais que ça sentait mauvais, en inspectant les semelles de mes chaussures. On ne sait jamais avec ces promeneurs de chien ! Je n’ai rien vu de suspect sous mes semelles. L’origine de cette odeur était donc dans la voiture. Muet, mon ami s’est tu et s’était concentré sur la conduite.

Arrivés à destination, j’ai sauté de la voiture, soulagée. Nous nous dirigeâmes vers un guichet pour acheter nos tickets. Vite fait. Nos tickets en main, nous nous en allâmes rejoindre la salle qui diffusait notre film. Dans le couloir, cette odeur me frappa de nouveau en pleines narines. Soudain, je l’ai reconnue. Du linge mouillé, qu’on aurait repassé et plié sans le sécher. Je le lui ai dit et tout penaud, il m’a avoué que son pantalon a été repassé non séché. J’étais triste et très consciente de ce que je devais faire. Je ne me souviens plus du prétexte servi ce jour-là pour ne pas prendre ce verre. Le dîner aussi a été annulé. Car même cette odeur-là m’a rendue très nerveuse. Il l’a échappé belle, moi également. Il s’en est fallu de peu pour que tout ça ne tournât au vinaigre. J’aurais été odieuse avec lui. Je pense, avec lucidité, qu’une des raisons pour laquelle ça n’a jamais « décollé » avec lui, était que cet épisode était ancré à jamais dans mon subconscient. Aussi, de temps en temps, il avait cette odeur de peau que je n’aimais pas. Là, je pense qu’il s’agirait d’une malheureuse inadéquation. Indépendante de sa volonté, de la mienne, de celle de sa lavandière … et non des phéromones. Toujours est-il qu’il arrivait un moment où je me détachais d’un de mes meilleurs amis, beau, drôle, intelligent et avec lequel je passais des heures au téléphone. Parce que le côtoyer était devenu désagréable. Avec le recul, j’ai appris que je me protégeais pour ne pas être agressée. C’était un type gentil et sensible. Il ne m’aurait jamais agressée ni physiquement, ni verbalement. Mon nez était juste trop sélectif. Repenser à cette relation n’a jamais été facile. Des situations frustrantes, des malentendus, des larmes, des paroles incontrôlées dues à une situation de plus en plus pressante. Et cette impression de faire du mal en rejetant une personne n’a jamais arrêté de me tenailler…

Pourquoi ceci me revient en tête maintenant ? Parce que hier, j’ai croisé un ancien amoureux, par hasard, alors que je me rendais au boulot. De son siège, il m’a vue avant que j’aie pu le voir. Je le sais, pendant un certain temps, je me sentis observée mais absorbée par une manœuvre à faire, je n’ai pas repéré d’où provenait ce regard. Quand j’ai regardé dans sa direction, cette personne qui me dévisageait avait un large sourire amusé sur ce visage. Inconsciemment et sans que je sache pourquoi, j’ai doucement tourné la tête. J’ignorais pourquoi. Ce n’est qu’après un certain temps que je me suis aperçu de l’identité de cette personne. Toujours beau et visiblement content de m’apercevoir.

Aïe ! Ca pourrait se compliquer vu que cette personne est la dernière que j’ai envie de revoir. En effet, il y a une vingtaine d’années, il était épris de moi. Sentiment qui ne trouvait pas écho chez moi… et pour cause. Oseriez-vous dire à un garçon qui -vous le savez- vous veut du bien que vous ne supporteriez pas d’être avec lui ? Aussi beau, gentil, intelligent, intéressant, propre qu’il soit ? Car, tenez-vous bien, les odeurs agressives, dans la plupart des cas et dans le sien, ne sont pas affaire d’hygiène. Plutôt de peau (ou de parfum trop envahissant, de linge mouillé…). J’ai côtoyé ces personnes pendant assez de temps pour m’en apercevoir. De là à conclure que c’est une affaire de phéromones… Qui sait ? En tout cas, je ne pourrais jamais lui expliquer pourquoi j’ai fui. Il était irréprochable. Que dire ? Qu’il avait une odeur que je ne supportais pas ? Si encore le manque d’hygiène en avait été responsable, j’aurais pu me faire comprendre par cette personne amie. Ce ne fut pas le cas. Enfin, avec le recul, je sais que beaucoup ne comprennent pas mon malaise. Seule ma mère et mes sœurs reconnaissent ce qui pourrait m’indisposer. Je tiens cette « entrevue » secrète pour ne pas avoir mon entourage me demander pour la énième fois, sur une histoire qui remonte à la fin des années 80, « Pourquoi vous n’étiez pas sorti ensemble ? ». Que dire? Personne ne sait pourquoi je n’étais jamais sortie avec ce type « adorable ». Pourquoi ternir la réputation d’autrui d’autant plus que j’aurais été peut-être la seule à avoir expérimenté cela ?

Aaah! Quand je vous dis que mon nez est capricieux… Je me souviens, et je suis toute hilare en vous racontant ceci, de cette odeur d’un autre ami. Assez forte, surtout que ce jour-là, il venait de passer deux heures sur un court de tennis, livrer bataille pour contrer les assauts de notre ami commun, celui-là même qui nous a présenté l’un à l’autre. Une odeur, de la sueur coulant sous le polo couvrant -sans succès- des poils épais et abondants. Une odeur après laquelle je courais. (Et là, je sais que je frôle le ridicule.) Je me revois jouer l’ombre de son ombre, avançant à grand pas derrière lui pour me tenir à son rythme et à bonne distance. Pour pouvoir inhaler…Aaaaaah ! Le shoot parfait ! Des jours entiers, j’en étais toute retournée. Moi qui, en temps normal, fuyait les tapis pectoraux ainsi que les poils -sensés être virils mais parfaits tue-l’amour, pour moi-. C’était incompréhensible… mais totalement en accord avec un nez schizo. Bizarrement, ce gars a une odeur sur lui, que je sais prononcée et presque permanente, mais que mon nez accepte totalement. Phéromones ou pas phéromones ? En tout cas, ce type, je l’adore. Comme un frère, un ami, un confident… C’est un très bon ami. Probablement la première personne que je contacterai, dès que je foule le sol du Continent. Rien de sexuel, pourtant.

Sinon, mon nez vient en rescousse aux ménagères qui essaient de savoir si tel ou tel plat est encore bon à être réchauffé et servi. Je goûte rarement. Je suis là pour humer. Lol
Mon nez adore l’odeur du pétrole (pas les fumées d’échappement), l’allumette qui vient de brûler, l’odeur d’un de mes ex, l’odeur de ses tempes, du fruit du jacquier.

Je vais peut-être relire Le parfum de Suskind. ;-) Merci à celle qui me l’a recommandé. J’apprécie ton humour. Et oserais-je le dire, tu as du nez !

Professionalism to nurture Fihavanana ? Here we are!

Posted in Society with tags , , , , , , , , , , , , on June 10, 2008 by coolienne

Just learnt this morning about the death of a relative (an aunt of mine’s mother).

Meaning that, given our closeness, I’ll join the family bunch to present our condelences to my aunt’s family.

Equally meaning that I will surely attend the funeral mass and probably the burial.

Finally, meaning that it would be the third time in less than a week that I’m supposed to, at least, present condolences. I skipped the first condolences presentation (to another aunt’s family) to be able to honor my duty to another acquaintance’s family the day after. This third time, I’ll attend each part of the funerals but the final one: the burial.

Social duties are ingredient of Malagasy society as they are cement of our dearly cherished “fihavanana“. I’d define fihavanana as a quality obtained via the broadening of family ties network. It is maintained through practices as simple as schmoozing (when you drop a visit to close relatives or -rarer and rarer- the grand-aunt of your Dad…) to more formal moves. There are codes to observe for ceremonies such as wedding’s, funeral’s, condolences presentation, famadihana, greetings presentation for a birth, circumcision celebrations… I’d add that fihavanana is akin to friendship minus the formal aspect of some duties and the fact that one chooses one’s friends, not one’s relatives. [Btw, I think I’m not wrong assuming that Fihavanana is the biggest personal network for us, Malagasy folks. Am I ?]

Simply put, those duties are time and organization skills demanding, especially within this westernizing and more and more individualist society. When announced by tens- within a month-, those news which require your attending, your partaking, are eventually screened. It is where fihavanana can lend a hand. It allows a family to divide itself in two or three groups to attend, say, three ceremonies one given Saturday: the wedding ceremony of a cousin from Dad part, another one of a seasoned-bachelor-cum-uncle from Mum side and the funerals of this grand-aunt from so and so side. Fihavanana is both to be nurtured and a great element which allows a family to arrange social duties schedules. Who else would bother represent you and your family (as you’re supposed to attend both three ceremonies given the very Fihavanana that exists between you and each of those families) but your havana (close relatives such as Mom, Dad, siblings, grand-parents, uncles and aunts and their kids- the cousins) ?

Living in a westernized continent, I used to envy those fabulous wedding parties. Their tales (and the gossips!) could make up for the bulk of some mails and phone calls. Also, I used to feel mysef relieved from the burden of funerals attendings (and generally, those gestures related to sad news). Now living within my Ilienne society, I just try to be as organized and available as possible. They- condolences presentations, funerals, wedding and other ceremonies attendings- are amongst those social mechanisms we are used to and try to be involved in as much as possible. It’s plain duty- to support relatives in need and to celebrate with the happy ones-, which allows you, though, to connect with rarely and rarely seen relatives. Then, once in a while, I happen to be excited by the news of a favourite and close cousin’s wedding. Whoa ! A huge party expected (and sometimes planned) !

That’s life in nowadays Malagasy society. More and more of those social duties which go along with more demanding professional and private lives !

Sad ? No! Just modern and screaming for more professionnalism (“flexibility, availability and organizational skills” is the least you could replace this big big world by). And I’d especially like it when, as we have grown up, my cousins and I could solely represent the whole family to others, leaving the elderly alone. But first, we have to convince our zoky (the eldest male of our family’s third generation- us, all cousins) to learn the speech delivering art (fitenenana) as he would then become our official spokeperson… but that’s another story. What can I say ? Roaming the world is not a Fihavanana-friendly activity. lol

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.